Lou-Jan actualité

Prochaine dédicace/salon/où me rencontrer : Vous pouvez me retrouver le 24 et 25 septembre au salon « Les Aventuriales de Ménétrol » (près de Clermont-Ferrand). A bientôt !

 

Vous n’avez jamais le temps… Et si vous pouviez arrêter le temps ?

Je suis auteure de romans de science-fiction et de récits de voyages. Mon roman « Sale Temps » est paru en 2015 aux éditions Rivière Blanche. 

« Sale Temps » est un ouvrage à la croisée de la SF et de la littérature blanche. Il traite du manque de temps, à travers une histoire prenante de mondes parallèles.

4ème de Couverture :

« Tous mes biens pour un peu de temps » disait la reine Elisabeth I à la veille de sa mort. Le temps est notre ressource la plus précieuse. Qui n’a jamais rêvé de pouvoir l’arrêter ?

Olgann, le champion de ski, le peut, lui. Il stoppe les chronomètres en course pour gagner. Le premier cas de dopage par le temps. Une mécanique bien huilée jusqu’à ce que d’autres se mettent à l’imiter. Si chacun arrête le temps à sa guise, le monde ne risque-t-il pas de sombrer dans le chaos ?

Le temps nous instruit, nous soigne parfois, mais il finit toujours par nous tuer. Sale temps.

Vous pouvez trouver cet ouvrage :
– en stock dans les librairies spécialisées SF ou au Rayon SF (Paris: librairies Gibert, Scylla, Le Regard Moderne ; Lyon : Trollune ; Grenoble : O’Merveilles, Arthaud ; Chambéry : Décitre ; Albertville : Librairie des Bauges ; Epinal : Quai des mots ; Rennes : Critic ; et les principales grandes villes)
– ou commander dans n’importe quelle librairie en France
– sur Ebay, Amazon
– sur la Fnac en ligne ou Décitre en ligne
– ou bien directement chez Rivière Blanche (lien ci-dessous).

http://www.riviereblanche.com/

Mon deuxième roman est en préparation (patience !!).

Une nouvelle sortira fin 2016 dans le recueil « Dimension New York » (Vol.3), toujours aux Editions Rivière Blanche.

Pour en savoir plus sur moi :

– Interview sur ActuSF :

http://www.actusf.com/spip/Interview-2015-Lou-Jan-pour-Sale.html

– Mini-bio :  

http://www.intergalactiques.net/lou%20jan/

A bientôt !

13 commentaires pour Lou-Jan actualité

  1. Martine Alix Coppier dit :

    Les écrits de Lou-Jan Lou-Jan m’ont fait entrer dans un univers assez barge, fantastique, parfois féerique ou lucidement mécanique, en tout cas très créatif et « à tiroirs », car différentes dimensions de l’espace, du temps ou de l’être s’interpénètrent.
    C’est aussi une réflexion transposée mais réaliste sur les absurdités et le fonctionnement de nos sociétés et sciences, que l’humour et le pittoresque de certains personnages réchauffent.
    Une lecture qui fait son chemin bien au-delà de la dernière page, et un univers à découvrir absolument !

  2. alberto dit :

    Merci Lou-Jan, J’attends avec impatience chaque nouveau post, chaque petit texte, car je suis transporté dans une autre dimension, même quand tu évoques les appareils ménagers…
    C’était sympa de se voir .

  3. Graciela Cartier dit :

    Et si je vous connaissais, moi? En tout cas ce sera un grand plaisir de vous lire.

  4. Jp dit :

    J’ai fini le dernier Lou Jan.
    Il est super. Impossible de s’y ennuyer, si ça ne va pas, il suffit de changer de monde … hyper fastoche !

  5. La Mite dit :

    Quel style alerte et vif ! On ne s’ennuie jamais. J’ai hâte de connaitre la suite parce que j’espère bien qu’il y aura une suite à Sale temps !
    Je rêve d’un film tiré de ce livre…Bravo Lou Jan !
    J’attends le prochain livre avec grande impatience.

  6. La Mite dit :

    Bonjour Lou Jan
    Allez vous dédicacer votre livre à Grenoble?
    Merci pour votre réponse.

  7. Martine Alix Coppier dit :

    Je reste pantoise après lecture de « Sale temps », non que je doutais des capacités littéraires de Lou Jan, mais elle a fait fort, et elle a réussi, entre autres, à réinventer la théorie des mondes parallèles. Le génocide d’un univers par un autre, l’interpénétration de pluri-réalités.
    Dans certaines cultures, on dit que voir son double signifie la mort imminente. Le livre de Lou Jan ravive le questionnement : Que ferions-nous, ailleurs, dans une autre dimension, avec d’autres acquis, une autre éducation ? Tout en ayant le même physique ? Saurions-nous saisir cette chance pour recommencer une vie ? Pour nouer des relations plus saines ?
    Il est question de fascination pour le double, de quête de ce double, de la jumelle, du jumeau.
    C’est aussi une découverte –partielle– de cette maladie qu’est la catatonie.

    Lou Jan offre une méditation sur le Temps. La jeunesse opposée à la vieillesse, la rapidité et les performances en entreprises pour être le meilleur, les cadences de travail contrastant avec le retour à une vie où on a le temps de se laisser vivre.
    Un message transparaît : Pour vivre, pour que ça aille mieux, pour restaurer l’ordre des choses, il s’agit de mourir pour de bon, de faire le sacrifice de sa vie, de mourir symboliquement à soi-même.
    Je perçois Lou Jan comme écrivaine de nos sociétés économistes, capitalistes où évoluent des robots-humains. Décrivant combien nos mondes modernes nous rendent froids.

    Ses images sont extraordinaires de précision et de couleurs. Comme les descriptions des villes et surtout des montagnes. J’ai perçu des couleurs récurrentes qui se dégagent du roman : blanc, noir, gris, rouge, violet, rose. La neige, le sang.
    Chaque monde est décrit dans son essence. Et l’on « y est » vraiment, quand on en change, et aussi lors de la transmigration à d’autres époques. Entre réalité et rêve, on se perd, on est comme un funambule sur le fil du rasoir qui va tomber ou se rétablir, mais au final, on ne reste pas dans la confusion.

    Le style est superbe, avec des phrases courtes, implacables, rythmées comme le chrono du skieur. Il est clinique, virtuel, dénué de sentiments, devenant par moments sensible. Le passage dans les cavernes des hommes préhistoriques est plein d’humanité, même si Lou Jan décrit ces humains comme n’ayant pas de conscience et seulement des besoins physiologiques. Elle a des phrases philosophiques qui donnent matière à réflexion.

    Juste une remarque : Sur la 4ème de couverture, l’argumentation n’est pas suffisante à mon sens pour inciter le lecteur à vite ouvrir ce livre ! Le propos reste, certes, alléchant, mais si on n’est pas « déjantés » comme l’auteure ou du moins créatif, on découvre à la lecture bien autre chose que ce qu’on croyait trouver. Et comme dit Lou Jan dans son livre : « Pour ne pas finir complètement fou, il faut savoir l’être un peu. Le grain de sable devient le grain de sel de la vie ».
    Martine Alix Coppier (auteure)

    • Merci Martine-Alix pour cette très belle critique et le temps passé à l’écrire (et à lire le livre), le temps est le plus beau des cadeaux ! Merci encore. A bientôt

  8. Graciela Cartier dit :

    J’ai pu lire les deux premiers chapitres. Je me suis retrouvée à « lire des images ». Je n’ai pas imaginé, j’ai tout vu. J’imagine déjà un film. En attendant de pouvoir lire la suite… Dès que quelqu’un puisse me procurer le livre en France.

  9. La Mite dit :

    Bonjour Lou Jan
    J’ai bien aimé l’ interview faite par Michèle Caron (Portraits d’Isère) sur France bleue Isère.
    J’ai ainsi pu découvrir quelques facettes de votre personnalité attachante.
    J’ai également apprécié les questions que vous a posées votre tante Martine Alix Coppier.
    Merci pour ce bon moment.
    A bientôt à Gresimaginaires
    La Mite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s