5 mn d’histoire

 

Jamais tiret n’aura été aussi bien placé que dans le mot « science-fiction ». Trait d’union. Le pont entre la science et la fiction.

Le terme, utilisé depuis les années trente aux US (sans tiret), a supplanté « anticipation » dans les années soixante-dix en France. Les cadeaux linguistiques anglo-saxons ne sont pas toujours empoisonnés.

 

1) Naissance :

La Science-fiction est toute récente à l’échelle de l’humanité. Wikipedia nous dit qu’elle est née avec « Frankenstein » de Mary Shelley en 1818. Pourquoi pas ? Mentionnons Jules Verne pour « De la Terre à la Lune » en 1865 ou H.G. Wells pour « la guerre des mondes » en 1898. 

 

2) Jeunesse :

Entre 1920 et 1960, la science-fiction explose aux Etats-Unis, principalement dans des magazines spécialisés comme « Amazing Stories ». Des formats courts, des couvertures colorées (avec des assiettes volantes et des femmes écervelées), une qualité littéraire aléatoire, une distribution massive. Terreau fertile.

 Cet âge d’or enfanta des maîtres du genre comme George Orwell, Aldous Huxley, Howard Phillips Lovecraft, Isaac Asimov, Frank Herbert, Ray Bradbury…

 

3) Maturité et nouvelles familles :

Depuis les années 1960, la science-fiction est mûre. Public plus adulte, réflexions plus poussées sur le devenir de nos sociétés, nouveaux thèmes écologiques. Elle s’endort, avant de connaître un nouvel essor à partir des années 1980, nourrie par les progrès de l’informatique et de la biologie.

Diversification géographique, stylistique, thématique, des supports (cinéma, séries TVs, BDs, mangas…).

=> Space Opera et Planet Opera : Pierre Bordage, Dan Simmons, Orson Scott Card,Frank Herbert… Le courant le plus connu. Le plus représenté au cinéma (On ne citera pas un fameux père parlant dans un masque de plongée).

=> Hard science: Kim Stanley Robinson, Stephen Baxter… Ultra plausible et réaliste.

=> Cyberpunk : William Gibson… En sommeil, mais reviendra. Très présent à l’écran au tournant du XXIème siècle. (On ne citera pas un fameux neo-combat au ralenti).

=> Uchronie : Philip K.Dick, Norman Spinrad, R.C. Wagner… Démarche politique délicate à manier.

=> Utopie/Dystopie : Joëlle Wintrebert… La beauté du simple. Il faut souvent beaucoup de technologie pour revenir au simple. Et contrarier l’utopie pour maintenir l’intérêt narratif.

=> Voyages imaginaires : Jules Verne (et le voyage dans la lune de Méliès en 1902), Philip Jose Farmer…

=> Anticipation/Fiction spéculative : Robert Merle, Catherine Dufour… Des historiens du futur.

=> Fantasy : J.R.R. Tolkien, Lionel Davoust… Convoquer la cohorte des rêves d’une époque. La Fantasy est en train de damier le pion aux autres courants de la SF. Mais ça ralentit en 2016 il paraît…

=> Steampunk : Tim Powers, Mathieu Gaborit… Nostalgie de l’époque romantique, des machines à vapeur et des engrenages. Canularesque parfois, et super à la mode.

=> Transversal : Mike Resnik, Norbert Merjagnan… Sensibilité. Originalité. Emotion d’écriture.

=> Bit-Lit : Zombies et Vampires. M.R. Carey ou Morgane Caussarieu.

=> Post-Apo : Après la fin du monde.  Barjavel, Pierre Boulle, Cormac McCarthy, Thomas Geha.

 

4) Renaissance ou déclin ? :

Après la maturité, viendrait le déclin. Notre grand-mère Science-fiction ayant de nombreux petits-rejetons, on peut penser qu’elle va se réinventer.

Tâche ardue. La science dépasse la fiction. Les auteurs ne font plus de fiction. La science oui… Combien d’univers crées au XXème siècle sont totalement désuets en 2016 ? Gobés par la réalité scientifique.

La science-fiction reste libre, n’ayant pas à se soucier d’éthique. Bien plus libre que la science.  Pensée sauvage. C’est de là que viendra la renaissance.

L’histoire n’a pas de fin, donc la science-fiction non plus. Les auteurs sont condamnés à chercher.

4 commentaires pour 5 mn d’histoire

  1. Gangadhar dit :

    Interesting article. You fegort to mention that classic French authors also wrote imaginary fiction . There are several examples such as La Peau de Chagrin , one of Balzac’s masterpieces which inspired Wilde’s Portrait of Dorian Gray . Jules Verne was always between adventure and imaginary fiction with books such as Voyage au Centre de la Terre . The Comte de Lautreamont wrote the Chants de Maldoror in 1874, poetry which inspired many fantasy writers.In modern classics, Barjavel is one of the foremost French authors of speculative fiction with books such as Ravage , La Nuit des Temps and Le Grand Secret , written between the 40 s and the 70 s. Amongst more recent authors, I particularly like Matthieu Gaborit with his awesome Chroniques des Crépusculaires fantasy series.The only problem in France is that books in the speculative fiction genre as often considered as bad literature , because as a country with a very strong classical culture in literature, we are also very snob

  2. la Mite dit :

    moi qui n’aime pas la science fiction… je suis curieuse de lire votre livre
    La Mite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s